Quelques mots de Marc Gourdon (Magic rpm)

C’est simple : comme d’ordinaire, j’adore  ce disque et j’en aime tout !
 
L’incroyable qualité du son, les arrangements brass band qui ne manquent jamais de me coller des frissons et bien sûr les paroles. Te dire qu’avoir pu apprécier ton travail par le biais de mes chroniques (dès Teaser For Matter), est certainement – rayon français – reste ma plus belle découverte, est une certitude. Que tu ne jouisses pas du dixième de la reconnaissance qui, à mon avis, te revient de droit, n’est qu’un demi-mystère.  Le « business », même indépendant, – il ne vaut d’ailleurs guère plus cher que celui des majors – n’aime pas les fortes têtes, les non-malléables, i.e. et paradoxalement, les indépendants d’esprit
 
Je sais que pour l’instant cela te fait une belle jambe, mais je suis persuadé que le Temps d’une manière ou d’une autre, finira bien par rendre son verdict, tant ton boulot vole au-dessus d’une masse globalement, super-pâlichonne… Essaye de trouver les vrais chiffres de vente (à la date de leur sortie) de disques tels que The Velvet Underground & NicoFreak OutRock Bottom ou encore Kraftwerk (#1 & #2)Monster Movie etc., etc., tu verras c’est édifiant. En qualité de vieux con patenté (60 ans depuis juillet dernier) mais pas nostalgique pour un sou des soi-disant « merveilleuses années 70 » – j’ai commencé à vendre des disques en 1971, à 18 ans – , je me souviens très bien de ce qui sortait de Magenta Musique !
Merci, Marc Gourdon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *